Les espaces lagunaires :
La nécessité d'une
gestion adaptée


Un outil de diagnostic
des lagunes


Observer

Informer

Aider à agir





Très bon
Bon
Moyen
Médiocre
Mauvais
Etat vis-à-vis de
l'eutrophisation



Les lagunes : un patrimoine écologique exceptionnel
 

Les espaces lagunaires du Languedoc-Roussillon s'étendent sur 40 000 ha entre terre en mer. Leur forte productivité biologique a favorisé le développement d’activités traditionnelles. Mais ces milieux riches sont fragiles.



 
 
  Le littoral : un espace convoité
 

La frange littorale représente 15% du territoire régional. En 10 ans, la population vivant sur cette zone a considérablement augmenté. Actuellement elle représente plus de la moitié de la population de la région. Le développement touristique engagé dans les années 1960 par la Mission Racine contribue encore à accroître la fréquentation de ce secteur durant l'été.
Cet essor démographique se traduit par une augmentation des apports liés aux activités humaines vers les lagunes. En cas d'apports massifs, la qualité écologique de ces milieux fragiles peut être dégradée.



 
 
    La qualité des lagunes : un objectif à partager  
 

La qualité de ces milieux conditionne le maintien des activités traditionnelles ou récréatives. Certains usages, comme la pêche et la conchyliculture, se soumettent à des normes de qualité sanitaire et chimique contraignantes. Au delà du maintien des usages, le respect de ces normes participe à la préservation de ce patrimoine écologique.


 
 
 
  Des acteurs locaux qui s'organisent
mais qui ont besoin d'informations pour agir
 


 
   
Une volonté locale : gérer ce patrimoine

Les acteurs (élus, professionnels, ...), regroupés au sein de structures locales de gestion (syndicats de communes ou mixtes, …) mettent progressivement en place une gestion concertée. Mais, pour décider et agir, ces acteurs locaux ont besoin d'informations régulières afin :

de connaître l'état du milieu et suivre son évolution,
de définir des programmes d'actions visant à améliorer l'état des lagunes,
d'évaluer l'impact des actions entreprises en observant l'évolution du milieu.


 
 


“L'usage de l'eau appartient à tous dans le cadre des lois
et règlements” Loi du 3 janvier 1992, Article 1.

“Les dispositions de la présente loi ont pour objet
une gestion équilibrée de la ressource en eau”
Loi du 3 janvier 1992, Article2.
  La lutte contre les pollutions :
une obligation réglementaire
 

En application de la Loi sur l'eau et de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE), le Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) Rhône Méditerranée Corse qui a été approuvé pour la période 2010-2015 impose, sauf dérogation, un objectif de bon état des masses d’eau pour 2015. Sur les lagunes, il préconise notamment la lutte contre l'eutrophisation des milieux aquatiques (Disposition 5B du SDAGE) et en particulier pour certaines lagunes la limitation des apports d'azote (Disposition 5B-02 du SDAGE). La lutte contre les pollutions par les substances dangereuses participe également de l’atteinte du bon état des milieux. Pour ce faire, le SDAGE préconise la suppression des rejets, émissions et pertes pour 41 substances d'ici 2021 (Disposition 5C du SDAGE).



 
   

Préserver ce patrimoine et maintenir cette diversité des usages dans le respect de la réglementation nécessite une gestion intégrée des lagunes. Cela suppose :

de disposer d'un outil de diagnostic de la qualité, spécifique aux lagunes,
de fédérer l'ensemble des réseaux existants sur les lagunes,
de répondre aux attentes des acteurs locaux.


...Telle est la vocation du Réseau de Suivi Lagunaire mis en place par la Région Languedoc-Roussillon en association avec l'Agence de l'eau, l'Ifremer et le Cépralmar.